DEMANDE DE RENDEZ-VOUS DEPISTAGE COVID-19
Rendez-vous sur la plateforme Kaducee : https://covid.kaducee.com/#/.

Extension de l'accréditation du LBM Bioesterel 2015

mardi 3 septembre 2013

logo du cofracEn janvier 2015, les sites du LBM Bioesterel ont été audités par des évaluateurs du Cofrac (Comité Français d’accréditation).

Cette évaluation avait pour objectif d’étendre notre portée d’accréditation à 57 de nos sites et à de nouvelles familles d’examens.

Objectif réussi !!!

En effet, suite à cette évaluation le Cofrac a prononcé le maintien et l'extension de l'accréditation selon la version 2012 de la norme NF EN ISO 15189. Cette accréditation concerne 57 sites dont 3 plateaux techniques.

(portée et sites disponibles sur www.cofrac.fr : LBM Bioesterel)


Pour rappel l’accréditation d’un laboratoire de biologie médicale est la reconnaissance officielle de sa compétence et permet de garantir la qualité de ses prestations. Cette reconnaissance de compétence  se fait  au regard de normes internationales et nationales.

Cette réussite est le résultat du travail et de l’implication de l’ensemble des collaborateurs du LBM Bioesterel dans la démarche qualité.

Nous en sommes tous fiers et cela nous encourage à poursuivre notre démarche dont l’objectif final est d’apporter le meilleur niveau de qualité à nos clients.

Mise à jour de la page "Notre organisation"

mardi 16 juillet 2013

La page "Notre organisation" a été mise à jour. Organisation
Retrouvez dorénavant le rôle de chaque biologiste du laboratoire Bioesterel au sein

     - de notre comité de direction

     - de nos 4 commissions techniques :
                   - Commission Hématologie - VS - Coagulation
                   - Commission Biochimie - Immunologie
                   - Commission Bactériologie - Parasitologie - Mycologie
                   - Commission Techniques spécialisées

     - de nos 5 commissions transversales :
                   - Commission Qualité
                   - Commission Informatique
                   - Commission Logistique - Achat
                   - Commission Ressources Humaines
                   - Commission Communication - Formation

15 nouveaux laboratoires rejoignent le LBM Bioesterel

vendredi 25 janvier 2013
croissanceEn 2013, nous avons le plaisir d'intégrer 15 nouveaux laboratoires au sein du laboratoire multisite Bioesterel : 

 

  • LBM Tafanelli, 32 Av de la République - 06300 Nice
  • LBM Bachelli, 145 Av Maréchal Lyautey - 06000 Nice
  • LBM Butet, 9 Avenue albert 1er - 06230 Villefranche sur Mer
  • LBM Coic-Amrane, 75 Bd de l'Ariane - 06300 Nice
  • LBM Elbaz, 34 Bd du Maréchal Juin - 06800 Cagnes sur Mer
  • LBM Faruel-Minebois, 100 rue Montgolfier - 83600 Fréjus
  • LBM Moradei, 8 Place de la Libération - 83460 Les Arcs
  • LBM de la Croix Valmer, Odysée 80 Rue Louis Martin - Batiment F - 83420 La Croix Valmer
  • LBM de Cavalaire, Immeuble Le Caducée Avenue des Alliés - 83240 Cavalaire sur Mer
  • LBM de la Gare, 45 Av Edith Cawel - 83400 Hyères
  • LBM Bertrand, 2 Bd Azan - 83250 La Londe les Maures
  • LBM Beaufort-Léman, 127 Av 1ère Dfl - 83220 Le Pradet
  • LBM Tchiknavorian, 23 Av Edouard le Bellegou - 83000 Toulon
  • LBM Delouche, 30 Mail Jules Muraire - 83160 La Valette du Var
  • LBM Ville, 140 rue du général De Gaulle - 83480 Puget-sur-Argens

Le bon usage des Statines

mercredi 13 février 2013
du-bon-usage-des-statines2
Pour un bon usage des Statines : 
Depuis plusieurs mois, des affaires ont secoué le monde de la santé. Le scandale du Mediator mais également celui des prothèses mammaires, les débats autour des pilules de 3ème génération ont pu entamer la confiance des Français dans le système de santé. La sortie annoncée dans les prochains jours d’un nouveau livre très critique sur les statines risque d’augmenter encore cette défiance à l’égard des traitements existants et de ceux qui les prescrivent chaque jour pour soigner.

Ce livre, qui fait suite à un premier ouvrage sur l’inutilité et la dangerosité des médicaments paru à l’automne dernier condamne sans appel le recours aux statines dans la prise en charge de l’hypercholestérolémie. Celle-ci n’est le plus souvent pas une maladie, mais elle augmente le risque de survenue de maladie cardio-vasculaire. A plus forte raison si elle est associée à un autre facteur de risque, diabète, hypertension artérielle, tabagisme, … et quand elle est présente chez des malades qui ont déjà fait un accident cardiaque ou vasculaire. La prendre en charge s’avère donc indispensable pour certains malades.

En 2010, la Haute Autorité de Santé (HAS) a procédé à l’analyse critique, avec l’appui d’experts méthodologistes, de très nombreuses études parmi lesquelles elle en a retenu 91 ayant inclus 170 000 patients. Et leurs résultats vont dans le même sens : les statines ont une place dans la prise en charge de certains patients car elles sont associées à une baisse de la mortalité totale d’environ 10% et du risque de survenue d’un accident cardio-vasculaire (infarctus du myocarde notamment).

Dans ses avis, la HAS a insisté sur le fait qu’en prévention secondaire – c’est-à-dire après un accident cardio-vasculaire, infarctus, AVC – l’intérêt des statines est indiscutable. Elle a également considéré qu’en prévention primaire (avant un accident), les statines sont à réserver aux personnes qui sont à haut risque c’est-à-dire qui cumulent plusieurs facteurs de risque tels qu’un diabète, une HTA, un tabagisme... Par contre, dans le cas d’une hypercholestérolémie non familiale isolée, il n’a pas été démontré que la prescription de statines était efficace. Le traitement par statine n’est alors pas justifié.

La HAS constate un certain mésusage des statines en France : un recours abusif aux statines en prévention primaire – en regard notamment des effets secondaires possibles de ces molécules –chez des personnes qui ne sont pas à haut risque, en même temps qu’un défaut de prescription de statines chez des patients qui le justifieraient. La HAS a ainsi élaboré pour les établissements de santé un objectif de prescription d’une combinaison de traitements après infarctus du myocarde qui inclut les statines.

Inquiéter les malades, provoquer leur défiance vis-à-vis d’un traitement utile et vis-à-vis des médecins qui prescrivent leur traitement n’est pas responsable. Faire courir le risque d’arrêter leur traitement à des malades qui en ont réellement besoin fait porter une responsabilité lourde à l’auteur de ce livre.

La HAS tient à rappeler que les patients ne doivent pas interrompre leur traitement sans en avoir discuté avec leur médecin et que s’ils sont inquiets, ils doivent aborder ce sujet à l’occasion d’une prochaine consultation médicale.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter directement cet article sur le site de la Haute Autorité de Santé.
Toutes les actualités